✲✲✲ BOOZE BROTHERS ✲✲✲

Booze Borthers, c’était dans un premier temps une histoire d’alcool. Mais pas une simple histoire. Une passion, un amour inaltérable pour la bière brune et épaisse telle que la stout. Une envie de jouer fort, de faire la fête et de s’enivrer sur de la musique irlandaise aux riffs brutaux.

Puis avec les « frères picoles » et leurs joyeux drilles vint le temps de jouer sur scène pour des raisons moins légères. Ils accueillirent un nouveau batteur et un nouveau violoniste. La musique est un mélange de pogue et de traditionnels irlandais. Leur premier album Drink before you think sera a moitié vendu et a moitié … échangé contre de la bière !

Les festivals s’enchainent, la réputation des Booze grandit et le public répond de plus en plus présent. Leur son est davantage tourné vers le mélange du traditionnel pur avec un rock teinté de punk et plein d’autres trucs pas vraiment définissables. Un album se fait. L’enregistrement se passe à moitié en studio et à moitié en live ce qui témoigne de l’importance de la scène pour le groupe.

Début 2008 marquera un tournant majeur dans l’histoire du groupe. En recherche de son (passage à la flûte de Fred Machemehl) et de repères, Bertrand Yates et Elian Besson, les fondateurs du groupe cessent de jouer ensemble.
Cette rupture marque le changement de nom de Booze Brothers en The Booze, due à la séparation des frères d’armes. Tout le line up sera ainsi réorganisé, passant de 5 à 6 membres et en insistant plus sur le coté punk rock et énergique du groupe, sans pour autant laisser de coté les airs traditionnels et les rythmiques irlandaises.

Le quatrième album « Reels and Squeals » vient prouver que le rock n’est pas mort et surtout pas celui inspiré des Flogging Molly’s ou des Real McKenzies

Entre les guitares saturées et la rythmique basse batterie à toute berzingue vient se greffer sans mal violon, bodhràn, flûte ou cornemuse. Comme une furieuse envie de pogoter entre deux dolmens.

Si on y rajoute quelques passages plus atmosphériques et quelques textes en occitan ou en français, engagés et enragés contre la société de con-sommation dans laquelle on vit, on ressort d’un concert des Booze avec une rage celtique qui en a poussé certains à se jeter nu sous leur kilt, épée au poing sur les passants honnêtes…

Pour fêter les vingt ans du groupe, quoi de mieux que de les retrouver à Echos et Merveilles vendredi 26 Avril 2019 à 23h15 sur la grande scène du Bascala !?

Durée : 90 à 120 minutes